• BD-quitter-paris-mademoiselle-caroline - 1200x630

[BD] Quitter Paris de Mademoiselle Caroline

Connaissez-vous Mademoiselle Caroline, une illustratrice, dessinatrice et graphiste de talent ? Vous avez peut être déjà parcouru son blog, le Journal d’en Haut ou feuilleté un de ses albums. Elle a sorti en 2012 un premier ouvrage sur son départ de Paris pour la province, et vient de profiter de sa ré-édition pour y rajouter quelques planches. – Paris, je te quitte – l’a lu et vous livre son analyse. Et petit bonus, nous avons pu poser quelques questions à Caroline !

4 questions à Mademoiselle Caroline

D’où vous est venue l’idée de réaliser cet album ?

CAROLINE : En fait, cela faisait partie du volume « maman » : j’y racontais ma nouvelle vie de mère, doublée de ma nouvelle vie d’expatriée en province… mon éditeur de l’époque, City éditions, m’a fait remarquer, très justement, qu’on pourrait en faire un volume à part entière… et c’est vrai qu’il y en avait des anecdotes à raconter !

A propos des différences entre Paris et la province, qu’est ce qui vous a le plus marqué dans les premiers temps de votre arrivée ?

CAROLINE : Les distances ! j’ai choisi d’habiter retirée de tout, à 7km du premier petit village, en montagne. Je dois tout prévoir quand je remonte chez moi, car si jamais il manque de pain, je dois le faire, sinon c’est ½h de voiture, et en hiver avec la neige, c’est vraiment pénible. Heureusement que je ne fume pas : le premier bar-tabac est à 1h de route a/r !

Mais si je suis sincère, je mettais 3/4h en métro pour aller à mon boulot quand j’étais à Paris, et ceci pour 3km à vol d’oiseau… et je préfère nettement regarder les montagnes que mes voisins de métro.

Sinon, il y eu l’accent du coin, difficile à comprendre chez les « anciens », leurs expressions, leur façon de parler… ils mettent des « y » partout, les magazines sont des « livres », ils « éclairent le feu » quand ils allument un feu dans la cheminée, vont à une « sépulture », mettent les vaches dans « l’écurie » et le « jardin » est le potager…

Vous êtes installée depuis quelques années maintenant, avez-vous déjà envisagé de revenir à Paris ?

CAROLINE : Hors de question, ce serait vécu comme un échec, et puis j’ai trois enfants, qui n’ont jamais eu de voisins, qui ne sauraient vivre confinés dans un appartement, sans ski l’hiver, sans rugby l’été… ils font de l’escalade et vivent dehors, ça me fendrait le cœur de devoir les priver de la nature.

Un conseil aux parisiens qui hésitent à partir ?

CAROLINE : Vous ne perdez rien à essayer… mais soyez bien sûrs de l’endroit que vous choisirez, acceptez de ne pas avoir toutes les facilités de Paris, vous y gagnerez en liberté.

N’arrivez pas avec votre prétention de parisiens (ou citadins), adaptez-vous à votre nouvel environnement avec humilité et respectez les gens du coin.

Merci Caroline pour ces petits conseils ! Rentrons maintenant dans le vif du sujet avec notre lecture de la BD.

Une BD humoristique

Quitter Paris pour vivre dans les Alpes, c’est un changement de vie on ne peut plus radical que nous raconte Mademoiselle Caroline 🙂

Des escarpins aux après-skis, des sushis au reblochon, de Marc Jacobs à Quechua … ce n’est pas un petit fossé mais un grand « gouffre » qui sépare ces deux mondes. Passée l’excitation de l’arrivée, l’auteur semble être en proie à quelques doutes sur son choix.

Les situations choisies sont coquaces et parlantes. On se prend vite au jeu des découvertes dans ce nouveau milieu et on meurt d’envie de savoir si l’héroïne s’est finalement bien intégrée. Je vous laisse lire la BD pour le découvrir 🙂

Un style très agréable

La mise en scène est variée, allant de la planche à 9 cases, à la fresque double-page en passant par la petite scènette en 3 cases. Cela permet d’alterner entre humour et narration.

Les dessins sont beaux, les couleurs sont sympas et le style est gracieux, même lorsqu’il s’agit de dépeindre le simple quotidien.

On rit de tout avec bienveillance, des parisiens comme des montagnards, dans leurs habitudes respectives et leurs préjugés les uns envers les autres. La dualité paris-province est réaliste quoiqu’un poil caricaturiste, mais on voit très bien de quoi elle veut parler !

Cette BD c’est pour qui ?

Pour tout parisien qui souhaite partir vivre ailleurs. Je pense que cela plaira aussi à ceux qui habitent dans d’autres grandes villes et qui partent pour la montagne.

BD-quitter-paris-mademoiselle-caroline

On se prend à souhaiter que Caroline aille maintenant s’installer à la mer ou dans les champs pour voir ce que cela donnerait. Ici, l’installation est très orientée sur l’environnement « montagne » et c’est tout naturel.

Bref, une BD qui ne se prend pas au sérieux et se lit avec le sourire. Je vous la conseille fortement pour prendre un peu de recul sur votre idée de départ (ou votre départ qui approche) tout en passant un très bon moment !

C’est aussi idéal comme cadeau pour un(e) ami(e) qui pense à partir de Paris ou qui vient d’arriver en province, pour relativiser son intégration en milieu rural 🙂

L’album est disponible sur ce lien.

L’expérience de la liseuse

A noter, j’ai fait l’expérience de lire l’ebook sur ordinateur et je n’ai pas trouvé cela très adapté au style de la BD. Il faut zoomer et dezoomer, déplacer le livre à l’écran … cela casse un peu le rythme, c’est dommage. Je conseille plutôt la version papier.

Vous cherchez un autre livre sur le départ de Paris ? Lisez notre commentaire de celui de Laetitia Rigaud : Y’a t-il une vie après le périph’ ?

Notes :
– Les images illustrations sont toutes des extraits de la BD « Quitter Paris » de Mademoiselle Caroline.
– Le lien ci-dessus est un lien affilié, cela signifie que si vous achetez ce livre après avoir cliqué dessus, je recevrai une commission de la part du site marchand. Cela ne change rien pour vous, et si vous aimez Paris, je te quitte, c’est une manière de dire merci 🙂 Alors merci à vous.

2017-10-26T13:46:28+00:00

Laisser un commentaire