• calanques partir vivre a marseille

Partir vivre à Marseille et se lancer en freelance

Se lancer en tant que freelance, un projet assez fréquent pour les parisiens qui partent vivre en province. C’est le choix qu’à fait Kevin, qui est parti vivre à Marseille en devenant freelance au sein du Digital Vilage (dont il est le gestionnaire). Comment ce Breton d’origine a atterri à Marseille ? Découvrez-le dans notre interview 🙂

La vie à Paris

Des origines bretonnes

KEVIN : Originaire de Rennes, en Bretagne, j’ai fait mes études à l’EM Normandie au Havre. Je suis arrivé à Paris à la fin de mes études pour mon premier emploi. J’y suis resté 7 ans.

J’ai commencé chez Danone comme Chef de Secteur puis j’ai rejoint Bouygues Telecom pour le même poste. J’ai ensuite évolué au Marketing pendant 2 ans. Puis j’ai commencé à gérer la création de formations sur le développement métier des personnes du terrain. Cela m’a mis un pied dans les actualités technologiques. J’ai beaucoup aimé ces expériences mais j’ai toujours voulu monter ma boite. J’ai saisi l’opportunité d’un plan de départs volontaires pour partir en ayant le temps de monter mon activité.

Le moteur du départ : l’envie de retrouver la mer

KEVIN : Après 8 ans passés à Paris, je voulais la quitter. J’adorais ma vie parisienne, les opportunités professionnelles que j’avais pu vivre et la vie sociale très riche, mais il me manquait quelque chose que j’avais connu en province : la mer. Je repensais aussi à une vie où le quotidien était moins compliqué, où je pouvais faire des balades facilement, sortir le weekend ailleurs que dans les bars/restau/parcs … la nature me manquait.

partir vivre a marseille

Un jeudi soir à Marseille

Le choix d’aller vivre à Marseille

Monter son activité …

KEVIN : Pour créer mon activité, je trouvais plus simple d’être en province, notamment pour des raisons financières. Les charges y sont plus faibles : loyer inférieur, moins de dépenses. Souhaitant créer ma boite dans le digital, je pouvais travailler à distance donc la seule contrainte qui était que mon réseau professionnel était à Paris n’était pas si importante.

… et rejoindre sa future femme

KEVIN : Au même moment j’ai rencontré ma future femme qui habitait Marseille, j’ai alors décidé d’aller la rejoindre. Pourtant quelques mois auparavant, je n’aurais pas du tout imaginé Marseille, j’en avais une mauvaise image. Au fur et à mesure des week-ends que j’y passais, je me suis dit que c’était finalement une ville agréable. Initialement, j’aurai pensé à Bordeaux ou Nantes, mais je n’ai aucun regrets.

Se retrouver à ouvrir le Digital Village de Marseille

KEVIN : Je souhaitais initialement lancer une application mobile avec des amis, mais je ne connaissais rien aux aspects techniques. J’ai alors saisi l’opportunité de faire une formation de développeur web de 3 mois, à l’issue de laquelle j’ai commencé à créer des sites vitrines pour continuer à faire un peu de code. C’était chouette mais j’étais trop seul. Je travaillais dans un co-working ce qui était sympa, mais ça ne correspondait pas assez à mon état d’esprit.

C’est alors que j’ai rencontré le Digital Village de Paris, une agence nouvelle génération formée par des indépendants. En province, comme il est souvent plus difficile de retrouver un poste intéressant, beaucoup de personnes se lancent en tant qu’indépendant. C’est un concept qui me semblait très pertinent.

J’ai contacté les fondateurs en leur proposant d’ouvrir Marseille et ils ont accepté, l’ouverture s’est faite en avril 2017. Mon activité aujourd’hui, c’est donc de développer le Village tout en continuant à être Développeur freelance.

Peu de difficultés pour Kevin dans ce projet

KEVIN : Mon déménagement a été facilité par le fait d’avoir un point de chute sur place. Ce qui peut être difficile pour la plupart des parisiens que je vois arriver c’est de trouver un emploi, surtout pour deux personnes.

L’intégration et le bilan

KEVIN : Depuis que je suis arrivé à Marseille, j’ai rencontré beaucoup de nouvelles têtes, surtout des ex-parisiens. On est contents de voir de nouveaux visages, avec un contact ça va vite.

La vie sociale a un peu ralenti lorsque je suis arrivé. Aujourd’hui nos occupations ont changé : on a acheté un appartement donc on bricole ; on fait des balades dans les environs ; on a moins ce besoin de sortir qui était très présent à Paris.

Ici les gens ont des maisons avec jardins donc on fait des barbecues le week-ends. On accède bien plus facilement aux sorties dans la nature. On peut aussi pique-niquer le soir après le boulot, on est moins dans les restaurants et les bars.

A Marseille il y a un grand groupe WhatsApp pour l’intégration des nouveaux arrivants : on se réunit autour d’apéros.

partir vivre a marseille

Marseille – Crédit Mona Grid

Les bons plans de Kevin pour vivre à Marseille

KEVIN : Alors à Marseille, les quartiers sympa ce sont ceux qui sont proches de la mer comme la corniche (7e), le 6e et le 8e. On se sent déconnectés bien plus souvent. En comparaison avec Paris, ça fait « ville vacances ». Habiter en bord de mer, ça change tout. C’est hyper bon pour le moral, pour tout.

Marseille est une ville qui bouge. On y trouve de plus en plus de nouveaux concepts de bar/restau, les pieds dans l’eau. La ville se transforme, Marseille a bien changé et ce sont ses habitants qui le disent. Ils voient une CSP+ qui commence à débarquer, qui achète des appartements et les retape, des nouveaux concepts, la ville s’embellit au fur et à mesure, …

C’est un discours que j’entend tout le temps et surtout de la part de Marseillais qui sont ex-Parisiens. Mais j’ai rencontré aussi pas mal d’ex-Parisiens qui viennent d’ailleurs. La ville commence à avoir la côte malgré l’image véhiculée par les media qui est très détournée. En réalité, les quartiers nord dont on parle beaucoup sont très loin du centre.

Marseille c’est une ville magique, de même que tout l’arrière pays. On en est très proche, on est à 15 min en voiture des fameuses Calanques : les plus belles plages sont à portée. C’est une ville qui a un potentiel incroyable, elle est sous-exploitée, et a encore besoin de grandir. Au-delà des Calanques, c’est génial d’habiter ici pour le côté nature : la Provence est superbe, on peut faire des balades, du sport (vélo, tennis, voile, kite surf, canoé, …), aller pêcher le soir, …

Le seul point négatif c’est la saleté de la ville et le manque de civisme des gens qui pour beaucoup ne font pas attention. La culture marseillaise est plus à la chaleur qu’à la rigueur et l’organisation…

Pour citer un moment incroyable à Marseille, je pense au feu d’artifices du 14 juillet : il dure 45 min et il est tiré sur le vieux port. Il est toujours incroyable. Sinon on peut souligner l’intensité de l’activité nautique aux alentours. Marseille se définit par une multitude de petits événements : des rooftops géants tout l’été, des truck food ; des concerts dans une ambiance familiale tout l’été sur la Belle-de-Mai ; puis le foot bien sûr

partir vivre a marseille

Un dernier conseil pour la route ?

KEVIN : A partir du moment où l’un des membres du couple a trouvé un boulot, il faut y aller. Le suivant peut alors faire une démission légitime et aura le temps de trouver sur place. En France on a cette chance incroyable d’avoir pole emploi, un vrai sponsor pour changer de vie. C’est dommage de se bloquer à Paris quand on a cette chance de pouvoir démarrer une nouvelle vie dans une nouvelle ville.

Crédit photo :
– Photo principale : Mona Grid
– Autres photos (sauf précision dans la légende) : Kevin

2017-12-19T10:36:15+00:00

One Comment

  1. Sylvia Moureaux Nery 27 décembre 2017 at 15:10 - Reply

    Bon vent Kevin… Très bon choix !

Laisser un commentaire