fbpx
  • quitter-paris-créer-entreprise-cuir-saint-junien

Quitter Paris pour créer son entreprise dans le cuir à Saint-Junien

D’origine alsacienne, Laëtitia a quitté la province à l’âge de 18 ans pour ses études. Elle a ensuite vécu sept ans sur Paris et deux ans à Cergy, pour finalement quitter Paris pour Saint-Junien et y créer son entreprise de création d’objets en cuir. Laëtitia nous raconte son expérience !

Le choix de partir de Paris pour Saint-Junien

Elever son enfant en province

Lors de leur départ de Paris, Laëtitia attendait un enfant. « Accueillir un enfant en région parisienne n’était pas vraiment notre idéal, » explique t-elle. Cette dernière ayant grandi à la campagne ne se voyait pas élever son enfant en région parisienne. « J’ai eu une enfance géniale. Je pouvais profiter de la nature, sortir sans risques. Alors qu’en région parisienne, les enfants sont constamment gardés à l’intérieur et leurs parents ont tendance à être plus inquiets pour la sécurité.»

Quitter Paris pour créer son entreprise

L’année précédant son départ, Laëtitia réalise une exposition à Saint-Junien. C’est à cette occasion qu’elle rencontre des gens travaillant dans le même milieu qu’elle. « J’avais rencontré des personnes vraiment très actives, très dynamiques autour de la création et du matériel que je travaille. » Le choix de créer son entreprise à Saint-Junien lui paraissait alors être le plus intéressant, notamment à cause de la dynamique autour de la matière cuir.

Une vie moins chère

En province, dans les villes de taille intermédiaire, la vie est deux fois moins chère pour quelque chose de deux fois plus grand. « J’ai les moyens maintenant de profiter de la vie, des restaurants et de muscler l’activité. » Son budget est donc réparti différemment de lorsqu’elle habitait à Paris.

De Paris à Saint-Junien : le déménagement

Le choix de Saint-Junien

Saint-Junien a été un choix totalement professionnel pour Laëtitia. « Par chance, le frère de mon compagnon habite aussi Saint-Junien, on ne s’est pas sentis complètement seuls en arrivant. » Ils ont donc tenté l’aventure, c’est-à-dire quitté leur emploi et Paris pour qu’elle puisse créer son entreprise. Laëtitia a fait une exposition en juillet 2016 et en juillet 2017, ils ont déménagé. Durant ce laps de temps, ils en ont profité pour revisiter la ville et la pépinière. « Par chance, le frère de mon compagnon habitant Saint-Junien, il a pu visiter les appartements pour nous ce qui nous a facilité les choses. »

quitter-paris-créer-entreprise-cuir-saint-junien

Un accueil bienveillant

Saint-Junien étant une ville à plus petite échelle, elle explique qu’ils ont été accueillis avec bienveillance et beaucoup d’attention. Avec deux chômages, on leur a accordé un logement alors qu’en région parisienne avec deux CDI il leur était difficile d’en trouver un. Elle a aussi pu intégrer une pépinière d’entreprise : « J’ai intégré une pépinière où l’on m’a vraiment accueillie, où l’on m’a abordée, bichonnée et inclus dans tous les réseaux qui étaient connus. »

La difficulté de s’éloigner de ses amis

Selon Laëtitia, le plus difficile a été de mettre de la distance avec des amis qu’ils voyaient régulièrement, n’étant pas d’origine parisienne, ils n’avaient pas d’attaches profondes en Ile-de-France. Malgré tout, ils ne regrettent pas leur choix d’être partis et arrivent toujours à organiser des choses avec leurs amis parisiens. « Au début, on était peut-être une bande de six amis à Cergy et aux alentours et au fur et à mesure les uns et les autres ont commencé à s’éloigner pour diverses raisons. On se compte que le cœur de l’amitié est toujours là mais que nos chemins sont destinés à prendre un peu de distance et ce n’est pas un problème. » Elle affirme que désormais ils se voient de manière plus qualitative.

Ne pas tout avoir à portée de main

L’une des plus grandes difficultés a été de prendre l’habitude de ne pas tout avoir à portée de main, notamment à cause de son travail. Par exemple, lorsqu’elle cherchait du fil pour le cuir, on lui a répondu qu’en général il fallait acheter sur Paris ou sur Internet. « Et donc il a fallu que j’appelle un commerçant, qu’il prenne ma commande, que je paye par virement, etc. » Alors qu’à Paris, on peut tout avoir tout de suite, en province cela se révèle un peu plus complexe et il faut l’inclure dans sa gestion. Tout n’est pas dans l’immédiat.

Cependant, elle note aussi qu’elle prend plus de plaisir lorsque se rend dans une grande ville (NDLR : comme Limoges, ville où a décidé d’emménager Julie), notamment pour les restaurants.

Rencontrer des gens avec les mêmes affinités

Il existe à Saint-Junien, beaucoup de groupes formés par centres d’intérêts. Ainsi, Laëtitia a rejoint celui des entrepreneuses. Ces groupes donnent la possibilité de rencontrer des gens avec les mêmes affinités que soi.

Il y a également beaucoup d’activités et d’associations qui sont présentes. « Des choses qui existent sans doute en Ile-de-France mais dont on a moins conscience parce qu’on est chacun dans notre quotidien. » Pour l’entrepreneuse, il y a un meilleur réseau en province qu’à Paris ou tout du moins une proximité qui fait que les moyens locaux et à disposition sont mieux utilisés.

quitter-paris-créer-entreprise-cuir-saint-junien

La vie là-bas

Mieux prendre les choses

En province, on bénéficie d’une douceur de vivre qu’il est difficile de retrouver à Paris. La vie y est bien moins stressante que la vie parisienne, on peut mieux concilier le travail et la vie de famille. « Dans des conditions similaires de création d’entreprise, on a tendance à prendre les choses beaucoup mieux ou du moins à les relativiser. » Alors qu’à Paris, on se trouve toujours dans l’urgence, à devoir faire les choses rapidement, en province elles sont réalisées dans de meilleures conditions et un meilleur état d’esprit.

Saint-Junien, une ville dynamique

Saint-Junien est une ville très active, il n’y a pas un week-end sans un événement dans la ville ou aux alentours. L’accueil pour les nouveaux habitants est énorme. La ville va même jusqu’à organiser la journée des nouveaux habitants : durant une journée, la ville organise des visites et des présentations pour les nouveaux arrivants. « Il y a un vrai dynamisme, si on veut en faire partie, il y a toujours moyen d’organiser des choses que ce soit soi-même ou des événements organisés régulièrement. » Il y a une vraie dynamique autour de la culture de la jeunesse, des artistes assez importants viennent régulièrement pour faire des expositions.

Une ville pittoresque

Laëtitia évoque deux lieux phares à Saint-Junien : la promenade des sites Corot et le cœur de la ville. « Quand il y a un beau rayon de soleil, on a l’impression qu’on serait presque dans le sud avec les petites boutiques et les places assez joliment décorées. » Saint-Junien n’étant qu’à quatre heures de Paris, voire deux heures et demi par le train, « ça vaut vraiment le coup d’être excentré pour avoir ce calme, cette douceur de vivre. »

quitter-paris-creer-entreprise-cuir-saint-junien

Un accueil chaleureux et une grande bienveillance

A Saint-Junien, les habitants sont bienveillants les uns envers les autres et il y a un véritable capital sympathie. Les habitants sont ravis de venir accueillir de nouvelles personnes. « A Cergy, dans ma résidence, on était trente familles, on en a rencontré qu’une avec qui on parlait très rapidement. Là, dans mon immeuble, on est dix familles et au bout de deux mois on les connaît toutes. C’est une proximité qui nous manquait en Ile-de-France. » Laëtitia explique qu’on peut avoir peur de se sentir seuls, mais que c’est plutôt l’inverse.  

Le mot de la fin ?

On peut toujours avoir de belles surprises, sur soi-même et sur les autres. « Il faut se lancer pour ne pas regretter. » Lorsqu’on est en province, les gens sont plus disponibles et plus proches les uns des autres. « On est très heureux d’avoir emménagé ici, on ne regrette pas une minute. Et nos amis qui sont venus de la région parisienne et viennent nous rendre visite depuis étaient très agréablement surpris en disant « ah mais c’est génial parce que vous avez quand même tout à portée de main ». On a quand même plusieurs très grandes surfaces, un petit cinéma. On a l’essentiel en fait. »

Crédits photos :
– Rue décorée de Saint-Junien – LucasD [CC BY-SA 4.0]
– Ostensions 2016 de Saint-Junien – LucasD [CC BY-SA 4.0]
– Ostensions de Saint-Junien – LucasD [CC BY-SA 4.0]
– Médaillon en bronze à l’effigie du peintre Corot au site Corot – Babsy [CC BY-SA 3.0]
– Site Corot : Crédit Alain Pagnoux

2018-06-08T09:03:17+00:00

Laisser un commentaire