• quitter-paris-pour-nantes

Quitter Paris pour Nantes témoignage de Laurianne

Quitter Paris même lorsque l’on y est né ? C’est possible, Laurianne l’a vécu et nous raconte son histoire. Elle a fait le choix de quitter Paris pour Nantes avec sa famille. Merci Laurianne d’avoir accepté de partager ton expérience !

La vie à Paris

LAURIANNE : Monsieur et moi sommes nés en banlieue parisienne. Nous y avons grandi, nous y avons construit notre vie d’adulte, puis notre vie de couple. Nous étions installés dans le val d’Oise, dans une résidence tranquille et arboré, où nous vivions avec mon fils né d’une précédente union. Monsieur était employé de banque et moi cadre dans la grande distribution.

Nous étions habitués à travailler beaucoup, et à avoir des temps de trajet importants. C’était le prix à payer pour avoir un logement de 75m2 dans un coin sympa, quand on commence tout juste sa vie … Nous avions toujours eu l’envie de quitter la région parisienne, de fonder une famille au grand air. Mais cela nous paraissait tellement compliqué ! Surtout pour moi, j’y avais même renoncé devant la masse de questions qui jaillissait lorsque j’y pensais :

  • Comment partir sans séparer mon fils de son papa ?
  • Notre ville d’adoption allais-t-elle nous plaire au long terme ?
  • Aurons-nous du travail tous les 2 ?
  • Comment réagir face à la distance de nos proches ? …

Pourtant, financièrement, ça reste compliqué de se loger sur Paris. D’autre part, mon fils est asthmatique, alors les pics de pollutions ça n’était plus possible. Sans parler du rythme de vie trop épuisant, « métro boulot dodo », je ne pouvais plus … J’avais le sentiment de m’épuiser au travail et de ne pas avoir de temps pour ma famille.

Le choix de quitter Paris pour Nantes

Lister les critères et sortir les cartes

LAURIANNE : L’opportunité est venue du travail de Monsieur. Il allait être promu, et muté. Vous savez comment cela fonctionne en Ile de France : c’est grand ! Les trajets de banlieue à banlieue peuvent vite tourner au cauchemar. Alors, si nous devions partir, autant partir vraiment plus loin.

Pour le choix de la ville voici les critères qui étaient importants pour nous :

  • Mutation possible pour monsieur
  • Trajet en train inférieur à 2h de Paris pour que mon fils puisse rejoindre son père
  • Une ville dynamique, où je pourrais créer mon entreprise
  • Une ville avec les structures scolaires suffisantes
  • Je ne conduis pas, donc un réseau de transport développé
  • Une ville proche de la côte

Là nous avons sorti les cartes, et pris des infos sur le net, recoupé avec les avis de nos proches déjà partis. C’est ainsi que Nantes a fini par ressortir du lot, car elle regroupe tous nos critères.

quitter-paris-pour-nantes-3

Un départ qui est allé très vite

LAURIANNE : Monsieur à dû proposer cette idée à son employeur, et nous sommes partis en weekend pour découvrir la ville en famille. Je connaissais, mais pas mes hommes. Nous avons adoré, ce qui nous a valu une bonne déprime en arrivant dans les gares parisiennes, et elle a duré tout le temps d’avoir le feu vert du boulot de monsieur.

Quand nous avons reçu la lettre de mutation, tout est allé très vite. Nous avons organisé une journée de visite pour trouver un appartement, donné le préavis pour notre bail, pris contact avec les déménageurs, et avec la mairie de Nantes.

J’ai donné ma démission, et cherché une maternité (car entre temps, un second petit était en route). Nous avons ensuite annoncé tout ça à nos familles et amis, réorganisé la garde de mon grand … le tout en 3 mois !

En aussi peu de temps, il faut être bien organisé, tout planifier, et trouver les bons contacts. Quand on est accompagné de personnes compétentes et professionnelles, tout roule ! Et nous étions prêts. Ce projet tournait dans nos tète depuis un bon moment.

quitter-paris-pour-nantes

La nécessité de mettre tout le monde d’accord

LAURIANNE : Le plus compliqué fut de mettre tout ça en place avec mon ex-conjoint. Je l’avais prévenu très tôt que nous allions partir, avant même de savoir où,j’en avais parlé avec mon avocat pour que tout se passe le mieux possible. Et quand j’ai annoncé le départ officiel, j’avais différentes propositions pour qu’il soit sûr de la faisabilité du projet, et que même si l’on partait, il ne serait pas coupé de son fils.

Il n’a aimé l’idée, mais ça se comprend. Tout mon stress était là, jusqu’à ce que notre accord soit validé par écrit. Sinon, j’étais sur mon petit nuage. Nous étions tous les 3 impatients.

Un déménagement juste à temps pour la rentrée des classes

Nous avons déménagé fin août : chargement du camion, trajet et remise des clés le premier jour, nuit à l’hôtel, puis emménagement le lendemain matin. L’après-midi même j’étais reçue à la mairie pour finaliser l’inscription à l’école de mon grand, et nous avion rendez-vous avec le directeur pour visiter l’école. Tous ont vraiment facilité notre arrivé. Mon fils à fait une super rentrée avec un personnel aux petits soins.

C’est d’ailleurs une impression générale. Lorsque l’on arrive de Paris, les gens sont accueillants et sont prêts à partager leurs « bons plans ».

quitter-paris-pour-nantes

Un bilan très positif

Aujourd’hui, après plus de deux ans de vie nantaise, nous ne regrettons rien.

Professionnellement, on gagne beaucoup sur le trajet, et le rythme est beaucoup plus calme, ici, on ne travaille pas tard le soir ou le dimanche. Après la naissance de bébé, je me suis installée en libéral, et monsieur continue de progresser dans son entreprise. Le seul bémol : pas de place en crèche … eh oui, nous sommes vraiment nombreux à rejoindre la région !

Personnellement, on profite à fond !

  • On paye 200€ de moins sur le loyer et on gagne une pièce
  • On se lève le matin avec une envie d’aller à la plage : 40min après, on y est !
  • La ville regorge de parcs et d’activités pour les enfants : rien qu’en descendant du train, vous avez accès gratuitement au jardin des plantes, avec des points d’eau, des aires de jeux et une mini ferme
  • Le verre en terrasse est une institution
  • Côté shopping : le centre-ville, c’est comme faire les boutiques sur paris, mais tout est au même endroit, donc pas besoin de métro !
  • On mange local : l’avantage d’une région maraichère, on peut se fournir directement chez le producteur
  • Il fait plus beau, et jour plus longtemps 😉

quitter-paris-pour-nantes-5

Une vie sociale qui bouge

Pour les proches, on s’en doutait, certains disparaissaient … Mais d’autres liens se renforcent ! Les réseaux sociaux et appels vidéo aident beaucoup. Nous recevons des amis et de la famille régulièrement pour le week-end. Nous revenons sur Paris tous les 3-4 mois et nous essayons de voir un maximum de monde.

Nous construisons notre réseau nantais doucement. Enfin nous avons la chance d’avoir un couple d’amis qui nous a rejoint 1 an après notre départ et nous espérons que d’autres suivront. Nous nous sommes mariés récemment, ce fut l’occasion de faire découvrir cette région à nos proches, qui semblent aujourd’hui comprendre notre choix.

Les angoisses sont donc bien lointaines. Le plus difficile fut finalement d’oser faire de notre vie un rêve.

Merci Laurianne pour ce témoignage !
Pour en savoir plus sur Nantes, consultez notre dossier-ville dédié ou notre sélection de blogs nantais pour bien vous installer !

Crédit Photos :
– l’Erdre et la tour Bretagne, théâtre Graslin : © Guillaume Poil
– Feydeay : jibi44 CC-SA-3.0
– Butte Sainte Anne : By Pepie34 [CC BY-SA 2.0]
– Panorama de Nantes au coucher du soleil : By rmi [CC BY-SA 3.0]

2017-08-08T09:57:50+00:00

2 Comments

  1. Mailliard 15 août 2017 at 15:23 - Reply

    Ayant une expérience similaire, je rajouterai un bémol : l’emploi. Il faut etre pret à changer d’emploi et surtout les rémunérations sont de l’ordre de 30% à 40% moindres qu’à Paris, pour autant on vit bien.

    • Aurelie 16 août 2017 at 09:15 - Reply

      Merci pour ce feedback ! Pour la rémunération, s’il peut y avoir effectivement de fortes baisses, je pense que cela varie beaucoup d’un cas à l’autre (type de métier, niveau d’expérience, rémunération parisienne…). Et effectivement le niveau de vie peut être plus élevé avec une rémunération plus faible au vu des écarts de prix (logement, consommation, ..).

Laisser un commentaire