Originaire de l’Ouest, Olivier a passé plusieurs années à Paris avant de décider de partir pour Laval avec sa famille. Découvrez son portrait !

La vie à Paris

Olivier est originaire des Pays de Loire, entre Nantes et Rennes. Il est arrivé en région parisienne avec son épouse en 2000, après avoir fait ses études à Nantes et au Mans.

« Après mon école d’ingénieur, j’ai travaillé pendant 2 ans pour une société de prestation de conseil. J’ai ensuite rejoint le groupe PSA en 2002 et j’y suis resté jusqu’à l’été 2017. J’ai pu y occuper plusieurs fonctions, évoluer sur différents sites en région parisienne (La Garenne-Colombes, Vélizy) et à l’international, puisque j’ai passé 3 ans en tant qu’expatrié en Chine. »

Le projet de quitter la région parisienne

Le retour de l’expatriation, point de départ du projet

A son retour de Chine, à 40 ans, il commence à sentir l’envie de se rapprocher de ses aspirations et de quitter la région parisienne pour revenir dans le grand ouest, se rapprocher de sa famille et de ses amis. Il décide avec sa femme de partir et ils ciblent alors la Bretagne, les Pays de Loire et le Centre.

Sa recherche démarre à l’été 2015 : « J’ai entamé des démarches de mobilité : j’ai mis à jour mon CV sur les sites de recherche d’emploi (cadremploi, APEC, linkedin …), j’ai contacté des cabinets de recrutement, j’ai répondu à des annonces … ».

Il passe alors beaucoup d’entretiens, mais sans succès, il ne trouve pas exactement ce qu’il recherche.

quitter-paris-pour-laval

Château de Laval

Une opportunité s’est finalement présentée à Laval

Au bout d’un an, il arrête ses démarches mais quelques mois plus tard, en mai 2017, il est contacté par un cabinet de recrutement pour un poste à Laval qui correspondait à la fois au type de challenge professionnel qu’il cherchait et à la région qu’ils visaient pour leur mobilité.

« Nous ne connaissions pas du tout Laval, même si c’était une ville proche de là où j’avais vécu plus jeune ». Après 3 ou 4 entretiens avec l’entreprise en question, Mann+Hummel, ils partent en famille pour un weekend de découverte de la ville. Ils louent une maison avec sa femme et ses deux filles, qui avaient alors 9 et 11 ans, et ont passé le weekend à s’immerger comme s’ils étaient des habitants. « Nous sommes allés au marché, nous avons rencontré des gens et leur avons posé des questions … Il faisait super beau ! La ville nous a beaucoup plu. »

Finalement, le choix de Laval s’est fait tout naturellement, pour suivre une belle opportunité professionnelle au sein de la région qu’ils avaient définie préalablement, les rapprochant de leur famille, leurs amis sans trop les éloigner de Paris où ils avaient d’autres amis.

L’arrivée et l’intégration à Laval

Partir avec toute sa famille

Lorsque cette opportunité s’est présentée, les filles d’Olivier étaient prêtes à partir, bien plus que lorsque ses recherches avaient commencé. « Cela faisait 3 ans que nous étions rentrés de Chine, elles étaient contentes à l’idée d’avoir une maison, de se rapprocher de leurs cousins et cousines. »

Son épouse était en recherche d’emploi à ce moment-là. Lorsqu’ils sont arrivés à Laval à l’été 2017, ils ont découvert que le département de la Mayenne a un taux de chômage très bas et peine à recruter des cadres. Pour favoriser ces recrutements, la Mayenne a créé le club « bienvenue en Mayenne » qui permet d’accueillir les cadres nouveaux arrivants sur le territoire ainsi que leurs épouses.

Tout au long de leur première année, afin de faciliter leur intégration sur le territoire et la recherche d’emploi du conjoint, ils sont alors invités à des événements dans différents lieux culturels de la Mayenne. « Ce sont des soirées qui mêlent des temps pour échanger et agrandir son réseau dans des moments informels autour d’un cocktail ou d’un diner et des moments de divertissement. » C’est également l’occasion de rencontrer des responsables de l’agglomération qui peuvent donner des conseils ou apporter leur aide sur les problématiques rencontrées par les nouveaux arrivants et leur famille.

quitter-paris-pour-laval

Ville de Laval, maisons à colombages du centre historique de la ville, département de la Mayenne, France

La concrétisation du départ

Pour le déménagement, Olivier et sa famille n’en étaient pas à leur premier coup d’essai « On avait déjà réalisé plusieurs déménagements, donc on avait l’habitude. D’autre part, professionnellement j’étais dans un cadre de plan de départ volontaire au sein de mon entreprise, ce qui a permis quelques facilités. »

Pour la recherche de leur logement, Olivier considère qu’ils ont eu de la chance ! « On voulait louer une maison pour commencer, ce qui n’est pas forcément évident. On a pourtant trouvé en centre-ville, dans notre budget, une maison très sympa via le site leboncoin. On n’a fait que deux visites ! »

L’installation

«  Comme la maison que nous louons était proche du collège que l’on ciblait, nous n’avons pas eu de soucis pour l’inscription de l’ainée. Pour la deuxième, on a fait quelques démarches pour avoir l’école que l’on visait. Là il a fallu se renseigner, et finalement ça s’est bien passé. »

Le déménagement a eu lieu a l’été et les filles ont pu faire la rentrée en septembre dans leurs nouvelles écoles en CM2 et en 5e. « Il a fallu une période d’adaptation, mais cela s’est bien passé. »

Olivier et sa famille ont trouvé la ville accueillante et les habitants sympathiques. « On ne connaissait personne à part un seul couple d’amis. Puis grâce à mon travail, on a rapidement renoué des contacts sur place ».

Un bilan positif pour la famille !

« Après la région parisienne et Shanghai, on est passé d’un appartement de 78m2 à une maison de 150m2 avec un jardin, de la place pour héberger nos amis … Pour me rendre au travail, il me faut 12 minutes … ou 14 minutes en heures de pointe 🙂 ».

L’environnement est aussi beaucoup moins pollué, le trafic routier est incomparable, tout est plus facile ! Le cadre de vie est bien plus agréable : « On a l’impression de vivre dans la verdure. La ville de Laval est mignonne avec sa vieille ville et son cours d’eau. Le weekend on fait tout à pied. Autour de Laval il y a pas mal de choses à faire aussi, mais nous sommes urbains 🙂 »

quitter-paris-pour-laval

Chapelle Saint Julien sur les bords de la Mayenne à Laval

La vie à Laval

En arrivant à Laval, la vie a repris son cours : « On a tous recommencé les cours de musique, de guitare pour moi, de danse pour les filles. En terme d’offre de loisirs, il y a tout ce qu’il faut ici : des équipements sportifs, des associations et clubs, un conservatoire classique, des écoles de musiques moins « académiques » … »

Ce fut un point d’étonnement pour eux : autant ils avaient en tête le dynamisme sportif de la Mayenne, autant ils ont été agréablement surpris sur la richesse culturelle : « On ne s’attendait pas à avoir accès à autant de concerts, que ce soit de grandes salles ou des petites plus intimistes pour les groupes émergents, de spectacles de rue, de festivals en plein air, sur des thématiques très diverses (cinéma indien, culture colombienne …). » Finalement, Olivier estime qu’ils ont une vie culturelle plus riche qu’en région parisienne « Comme on n’habitait pas en première couronne, on allait moins facilement dans les expositions en plein centre de Paris. Ici, l’accès à la culture est beaucoup plus simple, et financièrement plus abordable aussi ».

quitter-paris-pour-laval

Jain aux 3 éléphants
© Ville de Laval – Kevin Rouschausse

Et lorsqu’ils cherchent quelque chose qu’ils ne trouvent vraiment pas à Laval, Olivier nous explique qu’ils sont à 1H de Rennes ou du Mans, ce qui permet d’élargir le champ des possibles.

D’autre part, pendant les vacances et parfois le weekend ils aiment bien aller à Paris, pour faire du tourisme et des sorties loisirs. « On voit aussi pas mal de personnes chez nous, comme on est sur un carrefour géographique à l’entrée de la Bretagne et de la Normandie et qu’on peut héberger dans notre maison. Finalement, on voit sûrement plus souvent nos amis qu’en région parisienne ! »

Le mot de la fin ?

Olivier nous confie que « Si c’était à refaire, ça serait sans hésiter ! On n’a aucun regret, c’est vraiment la taille de ville qui nous convient. On y trouve les avantages d’une petite ville pour le transport et la nature, mais c’est une ville assez grande qui apporte suffisamment de richesse culturelle et de dynamisme ! »

Plus d’informations sur Laval :
Vivre à Laval
Trouver un emploi à Laval
Entreprendre à Laval
S’installer à Laval

trouver emploi laval