Originaire des Côtes-d’Armor en Bretagne, Pascale s’est épanouie pendant 25 ans à Paris et savoure maintenant sa nouvelle vie au Mans. Découvrons son parcours.

Une vie parisienne bien remplie

Une belle ascension professionnelle

Pascale a quitté sa Bretagne natale après le bac pour étudier et découvrir Paris. Son LEA validé à Jussieu, Pascale décide de poursuivre ses études à la Sorbonne, mais rate le concours. Elle décide de trouver un job en attendant de le représenter l’année suivante. C’est là que tout commence.

Trilingue, Pascale va travailler au Méridien Étoile. Elle se découvre alors une passion insoupçonnée pour l’hôtellerie. « J’ai été piquée par le virus de l’hôtellerie » plaisante-t-elle. « L’environnement hétéroclite et multiculturel, l’esprit d’équipe, le soin apporté aux clients ont été une révélation. » A l’issue de cette année, Pascale décide de ne pas repasser le concours, mais plutôt d’évoluer dans l’hôtellerie.

Après une expérience à Disney, Pascale a été informée d’une création de poste au Méridien Montparnasse. « J’ai obtenu ce poste de responsable de qualité, qui m’a permis de mettre un pied dans les RH.» Pascale anime des formations d’engagement vers l’excellence, et devient responsable recrutement pour le Méridien Étoile, puis adjointe DRH de l’Hôtel Westin Paris Vendôme.

Pascale est épanouie professionnellement et adore Paris. « Je ne me voyais pas quitter Paris » reconnaît -elle.

Les raisons du départ

Au moment de la naissance de leur premier enfant, Pascale et son mari habitent dans le secteur Montparnasse. « Nous avions obtenu une place à la crèche. De plus, le quartier était agréable, le jardin du Luxembourg à proximité. » Mais, une envie de maison avec jardin se fait ressentir au moment de la naissance du deuxième enfant. La famille vit alors à Nogent-sur-Marne et le cadre y est pourtant agréable.

C’est le mari de Pascale qui provoque le changement de vie. « Mon mari, originaire du Mans, souhaitait se rapprocher de sa famille et se mettre au vert ». La décision est prise et le choix de la Sarthe est donc une évidence.

Vivre dans la Sarthe et travailler à Paris

L’organisation de la vie au Mans

« Le déménagement a été très facile. » Pascale explique avoir eu recours à une seule agence. « Nous avons eu une bonne surprise : un grand appartement de 100 m², avec deux terrasses, une place de parking et à trois minutes de la gare TGV !» Cerise sur le gâteau, tout ceci pour un budget inférieur de plus de 50% au marché parisien.

maison pascale sarthe

La ville du Mans organise des journées d’accueil pour les nouveaux arrivants. L’intégration s’est faite rapidement. Quelques difficultés peut-être pour l’école : « En province, les enfants sont ensemble depuis la maternelle. Par conséquent, les groupes sont formés et donc un peu fermés aux nouveaux élèves. »

ecole sarthe

Pascale tient à souligner un point positif important, sur le plan médical. Si la Sarthe a eu la réputation d’être un désert médical, les choses ont bien changé. Depuis quelques années, de jeunes médecins et spécialistes ont été attirés par la région. « Il y a de très bons médecins et spécialistes » affirme Pascale. « Pour rattraper le retard post- Covid, certains médecins proposaient même des consultations le dimanche ! ».

La vie professionnelle

« Rechercher un poste au Mans a été compliqué » reconnaît -elle.« Avec un CV hôtelier en ressources humaines, ce qui était facile à Paris ne l’était pas en province. » La solution a donc été de vivre au Mans et de continuer à travailler à Paris.

Entre 2011, date de leur installation au Mans, et 2019, Pascale a transité quotidiennement entre Le Mans et Paris et s’en est très bien accommodée . « J’ai pris un abonnement TGV à l’année, j’habitais à trois minutes de la gare. Le TGV est un moyen confortable pour voyager. Je profitais de mes 55 minutes de trajet le matin pour préparer ma journée ou faire le point au retour le soir. Je rentrais donc détendue. »

Pascale met en évidence un énorme avantage de ces voyages quotidiens : le réseau TGV. « plus de 1000 salariés se retrouvent chaque jour sur les quais de la gare pour aller travailler à Paris. On se retrouve aux mêmes places dans le train. Ainsi, des liens sociaux et d’entraide se sont rapidement créés » explique Pascale .« Je me suis fait des amis, j’ai créé aussi des liens professionnels par ce réseau TGV. »

Vivre et travailler dans la Sarthe

Une belle opportunité professionnelle dans la Sarthe

« Ce mode de fonctionnement m’offrait les avantages de la province en terme de qualité de vie, et un travail passionnant à Paris » reconnaît Pascale qui, en 2017 obtient le premier poste de DRH au Sofitel Arc de Triomphe.

Cependant, au fil des années, « ce rythme est devenu pesant en terme d’amplitude horaire. » explique Pascale . « Lever à 5h20 pour le train de 6h20 et être au bureau à 8h. Je rentrais le soir à 21h. Je voulais être plus disponible pour mes enfants, les réunions scolaires. Et puis, j’avais envie de changer, besoin d’un nouveau challenge. »

Son vœu va être exaucé ! Pascale apprend par son réseau sarthois, que la société CBM basée au Mans recherche un DRH. « Cette société m’a tout de suite attirée. Elle a des filiales dans le monde entier, je retrouvais ce côté international. J’ai déposé une candidature spontanée, ça a tout de suite matché ! » se réjouit Pascale.

Pascale a donc rejoint CBM en janvier 2019. « Je n’ai aucun regret ! C’est une création de poste, c’est une entreprise extraordinaire ». Pourtant, cette société de négoce de pièces détachées pour les bus, cars, et tram, n’a rien à voir avec l’hôtellerie. Mais Pascale a retrouvé l’essentiel : des équipes impliquées et passionnées par leur métier.

cbm sarthe

CBM est une entreprise présente auprès de plusieurs milliers de réseaux de transports urbains et interurbains à travers le monde, et leader dans son domaine d’activité : les pièces de rechange pour les véhicules de transports en commun. Le siège de la société se trouve près du Mans, et nous avons des équipes réparties sur 8 filiales en Europe, Amérique du Nord, et Australie. La majorité des salariés est actionnaire de l’entreprise.

La douceur de vivre sarthoise

« Incroyable » est le terme récurrent qu’emploie Pascale pour décrire sa vie dans la Sarthe. « Je rentre déjeuner à midi, je mets cinq minutes pour me rendre au travail en voiture, sans embouteillages ni pollution. Je pourrais aussi y aller à pied ou à vélo. » Pascale revient sur l’immobilier qui est incroyablement accessible. « On peut trouver une Mancelle de trois étages,(maison typique du Mans) avec jardin et garage pour 250 000 € ! »

« Et bien sûr la région sarthoise offre une multitude d’atouts notamment la nature préservée et le charme de ses villages. »

douceur vie sarthe

Vélobuissonniere ©Sarthe Tourisme / Pascal Beltrami

Les spots préférés de Pascale dans la région sarthoise

Pascale apprécie la gratuite de nombreux sites, qui sont de plus attractifs pour toute la famille.

    • L’abbaye Royale de l’Épau est un joyau du patrimoine cistercien dans un écrin de verdure. Elle assure une programmation diversifiée, de la musique classique au jazz en passant par les expositions photos très attendues.

coup de coeur pascale

    • L’Arche de la Nature, à la sortie du Mans, propose de belles balades dans les bois, une visite de fermes et des locations de vélo.
    • Les Étangs Chauds est un immense espace au milieu des bois avec des jeux pour enfants, petits et grands.
    • Saint-Léonard-des-Bois, dans la vallée de la Sarthe est un petit village « incroyable ». Il a le label station verte, et regroupe de nombreux artisans. Cette région est aussi appelée Alpes Mancelles à cause de son relief.
nature portrait pascale sarthe

Forêt de Perseigne vue du ciel

  • Pascale et sa famille apprécient également la location de bateaux électriques sur la Sarthe. « On part pour la journée avec un pique-nique ; le paysage est boisé, verdoyant, c’est magique. »
  • Pour les adeptes de sensations, le circuit des 24 heures du Mans propose des tours de karting pour enfants ou adultes.

Le mot de la fin

Quitter Paris n’a jamais été l’obsession personnelle de Pascale , cependant elle assure : « Paris ne me manque pas. J’y retourne souvent avec plaisir, j’y ai conservé mes amis. Je redécouvre la ville. Je fais des choses que je n’ai jamais eu le temps de faire avant . » La vie sarthoise comble Pascale et sa famille en tout point.

Voici son conseil pour aider à la décision de quitter Paris :
« Il faut s’enlever de l’esprit l’idée de la ‘province’, que tout est à Paris, que tout se passe à Paris. En terme de carrière, il faut prendre le temps d’étudier le profil des entreprises. Il y a aussi de très belles entreprises et opportunités en région, doublées d’une qualité de vie exceptionnelle. »

Article réalisé en partenariat avec le Département de la Sarthe.

Crédits photos : CD 72