• Réflexion pour quitter Paris

Les questions à se poser pour quitter Paris en ne regrettant rien

Si vous avez envie de quitter Paris, il y a une chose essentielle à faire pour éviter de se lancer sur un coup de tête et regretter sa décision ensuite. Il faut se poser les bonnes questions et y répondre bien sûr ! Cela permet d’identifier quelles sont les motivations à l’origine de cette envie de départ et de vérifier qu’elles tiendront la route sur le long terme.

La matrice de réflexion

Dans chaque situation, il y a des aspects qui vous conviennent et d’autres moins. Il faut garder en tête que dans votre vie future ce sera certainement pareil ! Mais ne vous découragez pas pour autant, l’essentiel est de trouver la situation qui permette de minimiser les points négatifs et maximiser les points positifs (si si, il y en a forcément une !).

Les questions à se poser découlent de la matrice suivante, qui consiste à croiser pour votre situation actuelle et celle que vous envisagez pour le futur, ainsi que les avantages et les inconvénients de chacune. Vous n’avez plus qu’à attraper une feuille et un crayon et reproduire le schéma ci-dessous.

Matrice de réflexion pour quitter Paris

Voyons maintenant les questions à se poser pour remplir la matrice. A chaque case son paragraphe d’explication.

1. Pourquoi on veut partir ? Qu’est ce que l’on fuit ?

Pour commencer, il s’agit de chercher les causes de cette envie de départ : est-ce le stress de la vie parisienne, le temps perdu dans les transports et les embouteillages, la pollution, la taille du logement que l’on peut se permettre et la vie en appartement, …

L’objectif est d’identifier ce qui donne envie de changer d’air pour en faire un critère du choix de la future région. Si l’on quitte Paris à cause des temps de transports et des embouteillages, il faut peut être éviter d’aller habiter la presqu’île de Lyon et travailler de l’autre côté du tunnel de Fourvière (oui, il y a du vécu là…), c’est à dire éviter de reproduire le même schéma qui est à l’origine de l’envie de partir.

2. A quoi l’on aspire ? Qu’est ce qui nous manque ?

Sans doute la case la plus facile à remplir dans ce tableau : la vision de rêve de votre vie future ! Quelles sont vos aspirations ? Vers quel style de vie voulez vous tendre ? Et surtout en quoi ce sera mieux pour vous ?
Voici quelques exemples pour démarrer votre réflexion si besoin :
– offrir un autre cadre de vie à ses enfants
– diminuer le temps de transport quotidien
– opter pour un rythme de vie plus naturel
– augmenter mon pouvoir d’achat
– travailler autrement
– avoir des relations humaines moins anonymes
N’hésitez pas à vous inspirer de l’article sur les critères de choix d’une région pour compléter si c’est nécessaire.

3. Qu’est ce que l’on risque de perdre ?

Même si vous êtes à un stade avancé de rejet et de ras-le-bol de votre situation actuelle, il faut essayer de prendre un peu de recul pour reconnaître qu’elle comporte malgré tout certains avantages (si si faites un effort, c’est sûr). Au pire essayez de vous replonger quelques mois dans le passé, au temps où tout allait encore plutôt bien pour vous à Paris.

Il est important de reconnaître que la situation actuelle présente certains avantages, car il faut prendre conscience que certains d’entre eux n’existeront sans doute plus dans votre nouvelle vie et il ne faudrait pas que cela devienne un problème ou une source de déception.

4. Qu’est ce qui pourrait ne pas nous plaire ailleurs ?

Il faut aussi essayer de se projeter rapidement sur les points négatifs que pourrait avoir votre situation future. Le risque de la voir comme une situation idyllique où tout sera parfait est d’être déçu une fois le changement effectué. Il est donc important de se demander quels pourraient être les changements qui vous conviendraient moins et vérifier que ce ne sont pas des points trop bloquants pour la poursuite du projet. Par exemple, être loin d’un aéroport international qui compliquerait les départs en vacances ou weekend, …

Et maintenant le bilan de la réflexion

Une fois que la matrice est complétée, observez le résultat. Vous pouvez compter le nombre d’éléments de chaque case, ou imaginer un système de pondération en attribuant à chaque critère une note (positive ou négative) et en calculant ensuite la note de chaque partie plutôt que le nombre d’items. Mais bon c’est un peu se compliquer la vie, faites comme vous le sentez.

Si vous trouvez les scores les plus élevés dans les cases 2 et 3, bravo, vous êtes mûrs pour partir ! Mais soyons plus sérieux, l’important est d’avoir réfléchi et posé le problème sur une feuille pour vous aider à avancer dans votre réflexion. Si l’issue est positive, vous pouvez lire l’article sur les étapes de création du projet pour avancer à l’étape supérieure.

2017-09-21T17:24:11+00:00

Laisser un commentaire