fbpx
  • comment-duree-mettre-location-appartement

Bien choisir le type de location de son appartement

Vous êtes propriétaire de votre logement et vous avez prévu de quitter Paris pour quelques temps ? Dans ce cas vous avez d’abord à choisir entre le revendre ou le mettre en location. Si votre décision est de le garder pour le louer, vous avez encore plein de questions à vous poser : quel type de location ? meublé ou vide ? quel type de bail ? … Nous avons interrogé Nicolas, notre expert en location immobilière pour vous aider à y voir un peu plus clair.

Louer en vide ou en meublé ?

Une location vide ou meublée ? C’est la première question à se poser pour réfléchir au type de contrat de location que vous souhaitez !

La location vide

Une location vide est contractualisée par un bail de 3 ans, renouvelable tacitement, sauf en cas de préavis donné par le propriétaire 6 mois avant la date anniversaire, ou par le locataire 3 mois avant la date de son départ (1 mois en zone tendue comme Paris).

Avantages : Moins de turn-over, moins d’investissement (pas de meubles à acheter).
Le principal inconvénient : le manque de flexibilité pour le propriétaire. Il faut prévenir le locataire 6 mois à l’avance pour récupérer son bien, et uniquement à la date anniversaire du bail. Moins de flexibilité également pour le locataire, qui doit déménager tous ses meubles s’il veut partir.

La location meublée

Dans le cas d’une location meublée, différentes possibilités existent.

  • le bail classique (ou longue durée) : c’est un bail de 1 an, renouvelable tacitement sauf en cas de dépôt de préavis (3 mois pour le propriétaire, 1 mois pour le locataire). Une variante de ce bail existe dans le cadre du logement étudiant, qui permet de louer sur une durée de 9 mois (année scolaire)
  • le bail de location saisonnière : il est conclut de date à date. On définit à l’entrée dans le logement la date de sortie. Il n’est pas tacitement reconductible contrairement aux précédents. Il peut être conclu pour une durée maximale de 3 mois.
  • la location à la nuitée (airbnb, abritel, booking), pour une durée comprise entre 1 nuit et 1 mois. Aucune loi ne régit la durée, le prix, c’est un cadre plus libre.
    Une nuance : dans le cadre de la résidence principale mise en location, le nombre de nuitées est limitée à 120 / an.

Passez par -Paris, je te quitte- pour votre gestion locative et bénéficiez d’un tarif privilégié 🙂

Il faut également savoir qu’à présent, pour louer un logement à Paris en meublé touristique (sur une plate-forme type Airbnb), il est nécessaire d’obtenir un numéro d’enregistrement. Cela permet de vérifier par la ville que le nombre de nuitées maximum autorisées est respecté, une mesure visant à réduire la concurrence faite à la profession hôtelière et pour empêcher certains quartiers parisiens de se vider de leurs habitants…

Si c’est une résidence secondaire, il n’est pas possible de louer sans l’accord de la mairie (il faut un « permis de louer », le numéro se demande auprès de la mairie depuis octobre 2017).

A noter : à Paris l’obtention de ce numéro pour une résidence secondaire est chose quasi impossible. Il faut s’engager créer et mettre en location permanente 2 fois la surface du logement que l’on souhaite exploiter en airbnb. Vous ne pouvez donc pas utiliser Airbnb pour une location saisonnière d’un logement où vous n’habitez pas.

L’arbre de décision

Décision contrat location appartement

Vous souhaitez parler de votre projet avec notre expert ?

Nicolas, notre spécialiste en gestion locative, a rejoint les partenaires de -Paris, je te quitte- pour aider les parisiens qui souhaitent partir en province à trouver la bonne solution pour gérer la location de leur appartement au meilleur prix, en tenant compte des impératifs liés au départ en province.

Si vous voulez lui confier la gestion de votre bien, vous bénéficierez de 10% de réduction sur les frais alors profitez-en, dites-lui que vous venez de notre part !

Posez vos questions à Nicolas


Nota Bene : le cadre légal

Lorsqu’on est propriétaire parisien, il faut savoir que c’est la loi Alur (loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové) qui régit les rapports locatifs, la copropriété, les intermédiaires immobiliers et l’urbanisme. Elle est entrée en vigueur le 27 mars 2014, mais elle a déjà été modifiée : par exemple l’encadrement des loyers a été supprimé en novembre 2017.

2018-02-05T10:48:48+00:00

Laisser un commentaire