• quitter paris pour toulouse

Quitter Paris pour Toulouse : témoignage d’Elodie

Après une dizaine d’années passées à la capitale, Elodie a fait le choix de quitter Paris pour Toulouse avec son mari. Elle nous raconte tout dans cette interview. Un grand merci Elodie pour ce témoignage.

Comment êtes-vous arrivée à Paris ?

ELODIE : Je suis originaire de Limoges. Je suis venue à Paris pour terminer mes études de droit. J’ai décidé d’y rester pour commencer ma vie professionnelle dans le secteur de la fonction publique territoriale (mairie).

J’ai adoré vivre dans Paris quand j’étais plus jeune et sans enfant 🙂 J’y ai rencontré mon mari qui est anglais, il travaillait dans l’informatique.

Au final, je suis restée 11 ans à Paris, une belle tranche de vie !

Qu’est ce qui vous a poussé à partir ?

ELODIE : Nous avons souhaité partir avant l’arrivée de notre premier enfant car on ne se voyait pas du tout élever un enfant en région parisienne ou à Paris : trop de bruit, promiscuité, prix de l’immobilité exorbitants, transports trop longs…

On est parti un an en Amérique du sud et là bas on a pris notre décision : en 2016 on quitte Paris pour Toulouse!

On voulait pouvoir acheter une maison, avoir de la place, respirer un air plus pur, se rapprocher de la mer et de la montagne. On se rapprochait également un peu de chez mes parents à Limoges. On aspirait à une vie plus simple et plus calme.

Finalement, pourquoi choisir Toulouse ?

ELODIE : Depuis mes 18 ans je me voyais vivre à Toulouse. Je suis incapable d’expliquer pourquoi mais il est vrai que cette ville est super bien située entre mer et montagne. On est également proche de l’Espagne, destination où l’on se rend souvent en famille.

Mon mari était aussi attiré par le sud de la France (le rêve de tout anglais!). Toulouse a l’avantage d’être une ville internationale avec beaucoup d’étrangers (dû à la présence d’Airbus). La Ville étant bien desservie avec l’Angleterre, c’était un point positif en plus!

Comment avez-vous fait le pas du changement ?

ELODIE : Mon mari a cherché un travail en premier, le recrutement a été long … mais il y est arrivé! Il est resté dans le même secteur d’activité (informatique) mais il a changé de société.

Et moi j’ai pris une dispo pour suivre mon conjoint et je travaille pour l’instant en CDD avant d’arrêter pour mon 2ème congé mat!

Nous avions pas mal préparé notre départ (notre projet a mis 4 ans à mûrir!). Pour le logement on y est un peu allé au hasard et on a eu vraiment beaucoup de chance de trouver une maison très agréable dans une ville sympa dans la banlieue toulousaine.

Comment s’est passé le changement ?

ELODIE : Le déménagement s’est déroulé de façon très sereine. Nous avons été aidé par des amis à Paris et Toulouse et mes parents ont été également d’une grande aide.

Moi qui suis de nature anxieuse, j’étais étonnement détendue et sereine : je savais que l’on prenait la bonne décision.

Nous avons expliqué à notre petit de 2 ans le déménagement. Il a été tout de suite séduit par notre nouvel environnement de vie (maison avec terrain). En plus nous sommes arrivés au Printemps, nous avons donc bien profité de la belle saison qui dure longtemps à Toulouse!

Quel est votre bilan ?

ELODIE : L’intégration a été facile car nous avons eu la chance de rencontrer des gens vraiment très sympas, nos voisins par exemple.

Je me suis fait des amies en allant à la ludothèque de ma ville, j’ai ainsi rencontré beaucoup de mamans avec des enfants en bas âge. J’ai aussi revu des amis qui vivaient à Toulouse.

Je n’ai pas de regret pour l’instant. Il est vrai que la vie culturelle n’est pas aussi riche qu’à Paris mais on préfère passer de bons moments en famille et profiter de notre petit (et bientôt 2!).

Dites-nous en un peu plus sur Toulouse !

ELODIE : On habite en banlieue mais proche de Toulouse. On peut donc faire les magasins facilement, aller dans des resto-bars sympa, au ciné…

L’été on peut faire des balades dans les Pyrénées ou aller à la mer. L’hiver c’est plutôt ski !
On découvre plein de coins sympas aussi pas loin de chez nous comme le Gers notamment (et on y mange très bien!).

Un conseil à donner aux futurs ex-parisiens ?

ELODIE : On n’a qu’une vie ! Si vous voulez vraiment quitter Paris, sautez le pas. Si vous avez la motivation de partir, il n’y aura aucun obstacle à ce changement!

Merci Elodie pour ce témoignage très intéressant !
Si comme Elodie vous souhaitez partir à Toulouse, ne manquez pas notre dossier-ville sur Toulouse.
Et pour lire d’autres témoignages d’anciens parisiens, consultez la carte de France des témoignages de départs en province.

Crédits photo :
Prairie des filtres, Daurade la nuit by Olivier Jaulent, CC BY-SA 4.0
Quai de la Daurade, By Jeff CC-BY-SA-3.0
Garonne la nuit, By Gremi357 CC BY 3.0
Quai des demoiselles, By Mathieu66 [Public domain]
Façade de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse, rue NINAU By Didier Descouens CC BY-SA 4.0
Place du capitole, By Benh LIEU SONG CC BY-SA 3.0

2018-11-15T10:15:59+00:00

4 Comments

  1. milolcdm 3 mai 2017 at 23:35 - Reply

    Joli article sur la ville rose

    • Aurelie 4 mai 2017 at 10:40 - Reply

      merci !

  2. Tibat 22 septembre 2017 at 10:44 - Reply

    A chacun son interprétation de « quitter Paris », en ce me concerne, ce n’est pas un choix fait pour « fuir Paris ». Nous avons emménagé à Toulouse pour essayer essayer une vie un peu différente mais cela n’est pas le top pour le moment (après 14 mois…).

    Je n’ai pas encore gouté à la prétendue convivialité et qualité d’accueil des Toulousains. Nous vivons dans l’hypercentre de Toulouse et nous ne ressentons aucune envie de nouer des liens, les gens s’ignorent superbement. C’est un comble de dire ça mais le contact est plus facile avec les parisiens… C’est une ville très « jeune » et qui ne correspond pas du tout au mode de vie que nous avions à Paris. Ici dans le centre, il y a finalement peu de famille comme nous, la plupart vivent en « banlieue ».

    J’ai été obligé d’acheter une voiture et j’ai plus conduit en 6 mois sur Toulouse qu’en 20 ans à Paris!!! Les transports sortis du métro sont d’une régularité très en dessous… attendre 20 minutes un bus hypothétique parce qu’on va à un endroit mal desservit… Le bus qui me permettait d’aller au club de Tennis a même été définitivement supprimé…
    Donc non, tout n’est pas idéal à Toulouse.

    Nous avions une vie intra-muros à Paris qui possède de très nombreux parcs et jardins, ici il y en à 2… et la vie intra-muros à Toulouse c’est bar, boite ou café… et à 40 ans avec une famille franchement ce n’est pas du tout ce qu’on envisageait de vivre au quotidien.

    Mon énergie et mon côté « speed » fait que je me sens totalement hors de propos dans cette ville qui soit disant « prend le temps de vivre ». Moi j’ai fais le choix de vivre énergiquement, et manifestement ici je colle pas au tableau.
    Donc cette ville n’est pas faite pour nous. Dans un avenir plus ou moins proche, nous retournerons dans ce Paris tant décrié par la province mais qui nous correspond bien mieux en terme de mode de vie.

    Le conseil que je souhaite donner, c’est simplement de bien se connaître pour ne pas avoir d’attente qu’une ville ne pourra jamais vous donner. Et le pire dans tout ça, c’est que je suis originaire de Toulouse que j’ai quitté à 20 ans…

    • Aurelie 14 novembre 2017 at 15:00 - Reply

      Merci pour votre commentaire. Effectivement votre expérience n’a pas l’air très satisfaisante, la vie toulousaine est très différente de la vie parisienne, il faut l’avoir en tête au moment de partir.

      Cependant j’ai aussi entendu des personnes être absolument ravies de leur choix de vie à Toulouse, qu’ils habitent une maison dans un quartier proche du centre-ville ou dans les villes limitrophes. Il y a moins de parcs qu’à Paris, mais on est beaucoup plus rapidement dans la campagne aux alentours, on a les Pyrénées accessibles à la journée ou sur le weekend ; on prend plus la voiture, mais ça circule bien mieux qu’en région parisienne (même s’il y a aussi des bouchons aux heures de pointe bien sûr) ; …

      Tout ça pour dire qu’à chacun sa ville idéale 🙂

Laisser un commentaire