• Quitter Paris pour la Roche-sur-Yon

Témoignage de Sophie qui a quitté Paris pour vivre à La Roche sur Yon

Quitter Paris pour La Roche sur YonPour le premier article de cette rubrique, nous avons interviewé Sophie, 36 ans, qui a quitté Paris pour vivre à La Roche sur Yon cet été (août 2015) après 15 ans passé intra-muros.
Sophie fait aujourd’hui du Conseil en Communication et Relations Publiques en tant que freelance. Elle est également la responsable du blog de mamans Alarme Foetale.. Un grand merci à Sophie de nous permettre d’inaugurer cette nouvelle rubrique !

Que faisiez-vous à Paris ?

SOPHIE : Paris c’est ma ville de toujours! Je suis née en région parisienne et j’y ai toujours vécu. Dans le 17ème, dans le 13ème puis dans le 15ème… Idem pour le boulot, j’ai toujours fait de la communication, seul mon statut à changé : J’ai commencé en agence, puis chez l’annonceur (NDLR en entreprise) et enfin à mon compte, en tant que Freelance.

Pourquoi avez-vous souhaité partir ?

SOPHIE : Pendant longtemps rien ne m’a manqué à Paris, puis je suis devenue Maman et j’ai vite compris que Paris est une ville inaccessible quand on a des enfants! Pas d’un point de vu des activités, non, tout est à portée de mains : les cafés kid friendly fleurissent un peu partout, les sorties sont toujours plus originales et nombreuses MAIS la nature manque cruellement, les trottoirs sont trop étroits pour les poussettes, le métro pas vraiment adapté, la sortie au parc bondé me déprimait avant même d’y aller…

Les loyers sont chers, l’accession à la propriété un doux rêve ( un 3/4 pièces pour être à l’aise) … difficile d’envisager agrandir ma famille dans ces conditions. Et puis ma fille allait rentrer à l’école et les maternelles dans mon quartier sont énormes! 30 voir 35 enfants dans une classe j’ai trouvé ça un peu violent un peu trop tôt en réalité!

Comment avez vous choisi votre ville / votre projet ?

SOPHIE : Mon mari à eu la chance de récupérer la maison de son grand-père à la Roche sur Yon. Une maison de ville avec un petit jardin loin du tumulte parisien et pas si loin que ça finalement puisque nous pouvons rallier la capital en 3h00 de train. Pendant 3 ans elle a été notre maison de vacances, on l’a retapée, décorée, investie… on parlait de déménager depuis un moment mais le déclic ne s’est fait que récemment à l’approche de l’entrée en maternelle de notre fille. En 6 mois on s’est décidé! On a fait les démarches et hop on a emménagé.

On a eu beaucoup de chance, avoir déjà une maison c’était incroyable et les coups de pouces du destin se sont enchainés. On est tous les 2 indépendants donc on peut amener notre job avec nous. A 100m de notre nouvelle maison s’est ouvert une pépinière d’entreprises pile dans notre secteur d’activité! La région à mis le paquet pour séduire les entrepreneurs et les ancrer en région. Les loyers sont moitié moins que ceux pratiqués à Paris, il y a beaucoup d’opportunité de réseautage, un vrai accompagnement.. bref tous les indicateurs semblaient au vert pour partir. L’école maternelle et à 50m de la maison, la classe de ma fille compte 19 petits élèves… Une vraie chance encore une fois…

Qu’est ce qui aurait pu vous aider ou qu’est qui vous a manqué lors du départ de Paris ?

SOPHIE : Comme pour beaucoup de choses dans la vie, c’est fantasmer les difficultés qui nous a freiné. On imagine toujours des montagnes alors qu’en réalité il suffit de se lancer pour réussir. Je pense que le plus difficile c’est de trouver un logement. Après tout découle de là. On a gardé nos clients parisiens, ce qui implique pas mal d’aller/retour et d’investir dans une carte sncf grand voyageur 🙂 Certes c’est fatiguant il faut encore qu’on trouve un équilibre pour nous permettre de développer davantage le business ici en région … c’est clair qu’il y a une période d’adaptation. Tout ne se fait pas d’un coup d’un seul!

Et maintenant le bilan

SOPHIE : L’installation a été facilité par le fait qu’on avait déjà commencé à investir les lieux depuis quelques années. Après, je ne vais pas mentir un déménagement c’est toujours un peu difficile à absorber. On quitte un endroit connu où l’on a ses routines, ses repères pour quelque chose de différent et qu’on ne connait pas ou très peu… c’est angoissant.

La Roche sur YonJe n’ai pas de regrets mais il y a des choses qui manquent c’est vrai. Ici trouver un médecin est un combat, il y a 5 pédiatres pour toute la région de la Vendée, 3 seulement pour un peu plus de 52 000 habitants à la Roche sur Yon. Les rues le soir sont mornes, j’ai un sourire nostalgique qui se dessine sur les lèvres quand je pense à l’effervescence Parisienne 🙂 Mais très vite je me reprends. Avant, le week-end la sortie nature c’était le square bondé à côté de chez moi, maintenant c’est la mer… et là tout de suite on respire mieux 🙂

D’autres choses à ajouter ?

SOPHIE : Réfléchir une décision c’est bien mais réfléchir trop longtemps c’est le meilleur moyen pour ne pas prendre une décision. Le plus mauvais choix c’est l’absence de choix. Rien n’est impossible surtout si c’est pour vivre mieux! Ce n’est pas une légende, la vie est bien plus chère à Paris, si c’est une question de sous vous vivrez plus à l’aise en province.

L’opportunité professionnelle on peut l’attendre toute une vie…même à Paris. Un conseil que je m’applique à moi même quand j’ai une décision à prendre. Je fais des listes. Des pours et des contres… faites des listes! Parfois on se rend compte qu’on s’inflige une vie absurde par peur et que rien ne nous retient si ce n’est la peur justement… Si vous trouvez Paris trop cher, trop speed, trop urbaine… vous avez tous les arguments pour envisager un déménagement 🙂

Crédits Photo principale : William Chevillon – CC-By-sa

2018-06-08T09:12:16+00:00

One Comment

  1. momo1996 27 février 2018 at 21:54 - Reply

    Bonjour,
    Merci de nous avois fait partager ça j’en ai besoin. Je quiitte Nimes pour m’installer à la roche sur yon ou à Albi mais j’ai hésiter. la roche m’interesse bcp et j’aurais une question: au niveau sécurité tu en dis quoi de cette ville? il y a de la sécurité? peu d’incivilité?

Laisser un commentaire