• Portrait_Melissa_Bordeaux_Miroir

De Paris à Bordeaux : la nouvelle vie de Mélissa

Originaire des Pays de la Loire, Mélissa est arrivée à Paris pour ses études puis y est restée pour son premier emploi. Les années sont passées et c’est après 20 ans de vie parisienne que Mélissa a pris la décision de quitter la capitale pour une nouvelle vie à Bordeaux avec son compagnon et sa fille de 15 ans.

La vie parisienne pendant 20 ans

Des études vers le premier emploi

Mélissa a fait une partie de ses études en Touraine puis est venue s’installer à Paris pour la fin de son cursus à La Sorbonne. Etudiante en Droit et Histoire de l’Art, Paris était une évidence pour cette amoureuse de culture et des arts : la possibilité de prendre des cours au Musée du Louvre, de passer ses weekends dans la multitude de musées que la ville peut offrir,…

Une fois ses études terminées, Mélissa est finalement restée à Paris car les opportunités d’emplois y étaient plus facilement accessibles. Elle s’est tournée vers les secteurs de l’audiovisuel, presse et édition pour se spécialiser au fil de son parcours dans le marketing digital et la transformation numérique.

Pendant ces 20 années à Paris, Mélissa a vécu avec sa fille à Paris intra muros. “j’avais l’habitude de la proximité (commerces, amis), j’avais envie d’avoir le choix, sans avoir de contraintes et surtout, limiter les transports”. Mélissa a eu le sentiment de bien avoir profité de toutes ces années au cœur de Paris et d’avoir eu suffisamment de recul pour quitter Paris sereinement.

Nouvelle vie à Bordeaux

Bordeaux – Place Pey Berland – © Mélissa (@mlimlo)

Une envie d’ailleurs, d’une vie plus calme

C’est finalement une succession d’événements qui ont amené Mélissa à prendre la décision de quitter Paris.

Mélissa avait la chance de pouvoir aller au travail en 15 min à vélo, ce qui est un luxe pour tout parisien et impacte fortement la qualité de vie. “Puis ma boîte à déménagé en banlieue, et de 15 min on est passé à 50 min…”

Au fil du temps, Mélissa a vu Paris évoluer : “mon quartier avait changé, le voisinage aussi, je constatais de plus en plus de vandalisme, je me suis même faite cambrioler”.

Et puis il y a 4 ans, Mélissa a rencontré son compagnon, originaire de la région lyonnaise, “lui aussi était arrivé à Paris pour ses études et était saturé par la capitale n’y voyant plus qu’une multitude de contraintes”. Ils avaient tous les deux envie d’une vie plus calme, plus sereine, mais dans une ville où l’on peut toujours bouger. Ce point commun entre Mélissa et son compagnon a accéléré les choses : “la décision était facile puisque nous avions la même envie”

En route vers Bordeaux

Choisir une ville que l’on connait déjà

Mélissa connaissait déjà bien Bordeaux, elle y était allée en week-ends et a souvent passé ses vacances dans la région (Cap Ferret, Bassin d’Arcachon, Landes et Pays Basque..). “Bordeaux nous semblait très attractif, il y avait beaucoup de communication sur la ville et cela nous faisait envie”. Pour le choix de la région, c’était assez évident “je suis originaire des pays de Loire, toujours proche de l’atlantique, il était hors de question de partir vivre ailleurs, j’avais besoin de me rapprocher de l’océan ! Et pour ma fille qui surfe depuis 3 ans, il n’y avait pas d’autre option que le sud-ouest ! ”.

Selon Mélissa, pour bien choisir sa ville, il est très important de prendre du temps pour la connaître et y être déjà allé plusieurs fois. C’est en y passant plusieurs weekends ou vacances que l’on peut vraiment se permettre de se projeter sans avoir trop de mauvaises surprises par la suite.

Nouvelle vie à Bordeaux

Bordeaux – Pont de Pierre – © Mélissa (@mlimlo)

S’installer à Bordeaux, entre recherche d’emploi, d’école et logement

La recherche d’emploi passe essentiellement par le réseau

Mélissa a quitté son emploi à Paris sachant qu’il était trop complexe de transformer sa fonction en travail à distance. Elle a démarré ses recherches d’emploi à Bordeaux avant d’avoir quitté Paris, mais elle a vite compris qu’elle allait devoir se constituer un réseau solide sur place afin de pouvoir se faire connaitre et avancer. Mélissa s’est donc recentrée sur l’essentiel : « ma priorité c’est de développer mon réseau en restant en veille très active sur le marché de l’emploi local et les opportunités qui pourraient en découler. Bordeaux est une ville dynamique, avec beaucoup de projets de développement très porteurs« .

Mélissa a rejoint AQUINUM (Association de professionnels du numérique à Bordeaux, tout comme Camille que nous avions également interviewé. Elle s’est donné une date limite pour trouver un emploi mais ne se laisse pas surmonter par le stress : “il faut rester patient et positif, ne pas hésiter à aller à la rencontre des professionnels, et prendre la vie comme elle vient. Je ne suis pas partie par ambition professionnelle, je suis partie pour retrouver une qualité de vie , c’est mon moteur. Si je n’arrive pas à trouver un emploi dans mon domaine, je réfléchirai à une reconversion. J’ai des idées !”

Bien organiser la rentrée scolaire

Mélissa a dû également gérer le changement d’école de sa fille de 15 ans. “Dans ce changement de vie, après avoir trouvé notre logement, c’est ce qui a été le plus compliqué : jusqu’au dernier moment, on ne savait pas dans quelle lycée elle serait affectée”. Difficile pour une adolescente de quitter ses amis, ses repères et d’arriver dans une nouvelle ville, c’était donc très important pour Mélissa que sa fille puisse s’installer dans de bonnes conditions et puisse faire sa rentrée scolaire dans un lycée proche de sa future maison.

Sa fille a donc fini l’année scolaire et passé son brevet à Paris, puis elle est arrivée au mois de juillet à Bordeaux. Ils ont finalement eu la réponse de son acceptation au lycée Montaigne qui fut un grand soulagement pour toute la famille. En effet, un très bon lycée en plein centre, à 5mn à pieds de chez soi, c’est idéal !

Nouvelle vie à Bordeaux

Bordeaux – le génie de la liberté et foire aux plaisirs – © Mélissa (@mlimlo)

Trouver le logement idéal, une mission compliquée !

Le marché de l’immobilier à Bordeaux étant très tendu, et l’arrivée de la LGV accentuant le phénomène “nous voulions trouver une maison à acheter directement avant que les prix ne flambent encore plus”. Mélissa et son conjoint ont commencé les recherches à l’automne 2016 et ont finalement acheté leur maison en avril 2017. La recherche a été assez compliquée, ils faisaient des allers-retours les weekends pour faire des visites mais “quand on n’est pas sur place tous les biens intéressants partent en une journée, comme à Paris”.

Au départ, ils cherchaient seuls, sur les sites traditionnels de logements mais se sont vite rendus compte qu’il faut être inscrits dans des agences pour être parmi les premiers à se positionner sur des offres. “On a finalement trouvé notre maison entre Noël et le Nouvel An, il fallait un moment où les acheteurs sont moins concentrés sur leur recherche”.

Mélissa est enchantée du bien qu’ils ont déniché : “on a trouvé une maison de pierre dans le quartier de Saint Michel, en plein centre historique : c’est un quartier cosmopolite très animé qui se rénove. Plus de transport, on fait tout à pieds !”

La vie à Bordeaux

Profiter de leur maison et de la vie de quartier

Arrivée à l’été 2017, Mélissa, son compagnon et sa fille profitent pleinement de leur nouvelle vie bordelaise. Ils effectuent des travaux au fur et à mesure dans leur maison et et ils profitent des week-ends pour découvrir Bordeaux et sa région.

Mélissa insiste sur le fait qu’il est important de ne pas “idéaliser Bordeaux”. C’est une ville dont on parle beaucoup mais il faut savoir que tout n’est pas parfait. Cela permet de ne pas être déçu et d’y venir pour les bonnes raisons. Par exemple, il y pleut beaucoup “on ne sort jamais sans son ciré et ses lunettes de soleil, les moustiques nous attaquent d’avril à novembre,…!”.

En ce qui concerne leur réseau d’amis sur place, ils connaissaient quelques anciens parisiens avec qui ils ont repris contact. Mais ils ne se sentent pas seuls et ne ressentent pas de manque car les différentes rencontres sont faciles :“on est dans un quartier où les gens se parlent beaucoup, tout se passe dans la rue ! De la place Saint Michel au marché des Capucins, on connait les commerçants, on discute, on prend le temps !”

Nouvelle vie à Bordeaux

Bordeaux – Flèche Saint-Michel – © Mélissa (@mlimlo)

Les coups de cœur de Mélissa à Bordeaux

IT Capucins : à côté du marché des Capucins , un restaurant italien fraîchement installé qui fait venir ses produits directement d’Italie et propose des plats traditionnels à des tarifs imbattables
Chez Thérèse : Place Meynard, très bel emplacement devant la flèche St Michel, un restaurant traditionnel du Sud-Ouest
Chez Frida : des planchettes dans le jardin et un très bon restaurant
L’Apollo : Place Fernand Lafargue, pour l’apéro et leurs excellents Mojitos
Grand Hotel : pour leur merveilleux chocolat chaud
Sel et Sucre : quartier de la porte Cailhau, crêpes délicieuses dans un cadre très sympa
Yoga Pop : un studio de Yoga ouvert à la rentrée 2017, lieu très convivial, passage des Argentiers (près de la place du Palais).

Le mot de la fin

“Avant de partir dans une région il faut y venir plusieurs fois : weekends, vacances.. . Il est indispensable de sentir et s’imprégner de l’endroit afin d’être sûr que c’est là que l’on a envie d’être. C’est difficile de tout reprendre à zéro, il faut donc être convaincus de la région et de la ville pour ne pas être déçus !”

2018-09-27T17:59:13+00:00

One Comment

  1. sachkar 16 octobre 2018 at 12:28 - Reply

    Bonjour, j’emménage à Bordeaux l’été prochain, nous cherchons activement, votre témoignage m’a interpellé car nous avons une fille de 13 ans, comment s’est passée intégration de votre fille ? bien cordialement
    Karine

Laisser un commentaire